• Nouveau
    NICOLAS FRÉRET - Lettres à Sophie
    NICOLAS FRÉRET - Lettres à Sophie

    NICOLAS FRÉRET - Lettres à Sophie

    18,01 €
    TTC

    Contenant un Examen des fondements de la religion chrétienne et Diverses objections contre l'immortalité de l'âme.

    Quantité :
    Donnez votre avis
    EU3234363840424446USXX5XSSMLXLXXLXXLArm Length6161,56262,56363,56464,5Bust Circumference8084889296101106111Waist Girth6165697377828792Hip Circumference87919599103108113118
    • Paiements sécurisésPaiements sécurisés
    • Livraison rapideLivraison rapide
    • Une équipe disponibleUne équipe disponible

    « Le bonheur que promet la religion, de quelle qualité est-il ? Consiste-t-il dans l’action, dans le repos ? Dans l’ignorance absolue ou dans la connaissance claire de certaines vérités satisfaisantes dont la vision suffit pour rendre heureux ? C’est ce qu’on ne sait pas encore. Je peux donc le supposer tel qu’il me plaira d’imaginer. S’il consiste dans l’action, cette action doit avoir une fin, sans quoi elle serait une extravagance. Mais si le bonheur des justes est l’action, quel nom donnerait-on à la prérogative dont jouiraient certains êtres qui auraient la faculté de parvenir à n’importe quel but sans se mouvoir ? Le bonheur des saints gisant dans l’action n’est au plus qu’un plaisir dont l’usage est conditionnel, et, par conséquent, un plaisir imparfait. Or des êtres glorifiés par un dieu doivent être doués de toutes facultés dans le degré de la plus haute perfection. S’ils ne le sont pas, Dieu ne les a pas gratifiés des qualités les plus excellentes.
    Peut-être le repos perpétuel est-il la félicité dont jouissent les bienheureux. Mais un repos perpétuel, si l’on prend ce mot strictement, n’est point un bonheur. Le sentiment résulte d’un mouvement quelconque. Or, à moins que les chrétiens ne veuillent soutenir qu’il y a du plaisir à ne point sentir, on ne peut avancer que le bonheur des saints gît dans le repos. Si les saints sont dans le repos, ils éprouvent une mort éternelle, non absolue ; car pour que le repos fasse leur félicité, il faut qu’ils aient au moins le pouvoir de sentir qu’ils sont dans ce repos. Autrement ce seraient des thermes inanimés, des corps spiritualisés, c’est-à-dire diaphanisés, qui dans le repos seraient privés de tous désirs, de toute satisfaction, et qui, en leur supposant l’usage de la parole, ne pourraient assurer s’ils sont heureux ou malheureux. » Nicolas Fréret (1688 - 1749)

    Un volume de 160 pages format 15 cm x 21 cm

    Attention ! Cette édition n'est pas un fac-similé (plus ou moins médiocre) d'éditions anciennes. Le texte a été entièrement ressaisi et annoté, l'orthographe et la ponctuation ont été modernisées.

    9782849670569

    Références spécifiques

    NICOLAS FRÉRET - Lettres à Sophie

    18,01 €
    TTC